AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Because I'm a man. Because I'm this kind of man.[PV Superman è.é]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 6
Here since : 14/06/2010

MessageSujet: Because I'm a man. Because I'm this kind of man.[PV Superman è.é]   Dim 27 Juin - 22:36

    La première chose que pense Ho Chul en ouvrant les yeux, c’est qu’il fait chaud. La chaleur s’accroche à sa peau, la rend moite. Ses mèches rousses depuis peu lui collent au front, alors qu’il ne supporte plus le contact pourtant léger de son t-shirt taille XXL. L’adolescent se lève de la chambre qu’on lui a attribuée. L’été arrive sur Seoul.
    Le coréen se dirige vers la fenêtre qu’il avait sciemment laissée grande ouverte mais qui ne dispense pas la chaleur bienfaitrice tant désirée. Toute cette chaleur accable le pauvre étudiant qui est à deux doigts d’arracher les derniers remparts de tissus pour se balader nu comme un vers. Seule sa timidité maladive le retient de faire un tel geste inconsidéré. En tirant sur les volets, il a une vue plongeante sur les bâtiments de l’université. Après un coup d’œil à son réveil, il constate qu’il est bien trop tôt pour que les élèves aient commencés à affluer. Même si beaucoup, comme lui, ont du se réveiller à cause de la chaleur. Le simple fait de repenser à celle-ci arrache un grognement au roux, qui esquive un demi-tour vers la petite salle de bain, véritable cadeau du ciel. Le loquet tourne sèchement dans son dos, juste avant qu’il ne s’adosse au chambranle de bois. Dans la salle d’eau, la moiteur le prend à la gorge. Le poids de son t-shirt ne lui est plus supportable, et dans un geste vif qu’il regrette aussitôt pour le coup de sang procuré, passe le morceau de tissu par-dessus sa tête. Resté en boxer, il fait couler l’eau de la douche, sachant par habitude que celle-ci crache d’abord un jet glacé puis un écoulement brulant avant de se régler correctement. La glace, trop petite pour qu’il puisse s’observer tout entier, lui renvoie un visage ruisselant de sueur aux joues extrêmement rouge. Dire qu’il avait eu un mal fou à s’endormir, pour la même raison qui l’a tirée de son doux sommeil. L’étoffe glisse le long de ses jambes trop féminines pour s’échouer sur le sol. Sans prendre la peine de ramasser les vêtements qui trainent, le coréen grimpe dans la douche et s’installe sous le jet frais. L’eau coule sur ses cheveux, nettoie son visage gras, descend le long de ses omoplates en lui soutirant un soupir d’aise. Sa main de pianiste remonte jusqu’à sa gorge, caresse son visage, et se perd enfin dans ses cheveux, qu’elle ébouriffe négligemment. Quelques gouttelettes s’échappent et tombent en pluie fine sur ses jambes nues.
    Presque vingt minutes plus tard, grelotant, il ressort de la douche et se sèche rapidement, sans commettre l’erreur de s’enrouler dans la serviette épaisse qui aurait tôt fait de le réchauffer plus que de raison. Ressortant dans la chambre, il tire de sa valise un sous-vêtement et un jean de toile légère noire. Ayant rapidement enfilé le tout et commençant déjà à ressentir les effets de la chaleur, il choisit avec soin un t-shirt jaune vif, qu’il passe par-dessus ses cheveux mouillés. L’eau dégouline le long de son cou et trempe les bords du-t-shirt tandis qu’il branche le sèche-cheveux à l’une des prises près de son lit, et qu’il prend un soin méticuleux à lisser chaque mèche le long de son visage fin. Pas qu’il soit particulièrement narcissique. Mais son visage, c’est un peu son seul atout. Lorsque chaque mèche à la forme parfaite, Ho Chul range tout et ouvre la porte de sa chambre, désirant aller se chercher une boisson fraîche à l’un des distributeurs qui jalonnent l’entrée du premier bâtiment. La porte claque dans son dos, et l’adolescent s’éloigne à grande enjambée, sans réaliser qu’il vient d’oublier ses clés à l’intérieur de la pièce. Flânant dans les couloirs en évitant de faire du bruit –de peur de réveiller les rares à supporter la chaleur, et aussi pour ne pas attirer l’attention sur lui- le coréen traverse presque la totalité du bâtiment avant d’arriver aux escaliers. Qu’il descend avec légèreté, le regard dans le vague. Depuis quelques mois déjà, l’adolescent à une peur bleue de se balader dans des couloirs vides, effrayé à l’idée de croiser Na Rim. Leur dernière rencontre lui avait couté 700 wons, et il ne savait toujours pas comment l’expliquer à ses parents. A cause d’elle, il avait été obligé de se trouver un petit travail à côté, pour récupérer l’argent qu’elle lui volait.
    Arrivé à la dernière marche, le jeune rouquin s’arrête, pensif. Peut-être que s’il l’ignorait, elle cesserait de venir le bousculer ? S’il faisait semblant de ne pas avoir peur … Mais cette simple idée le fit soupirer. Quand bien même il tentait de se maitriser, il était glacé d’effroi quand il sentait sa petite main de fille tapoter son épaule. Cette fille devait être un enfant du démon. Elle le regardait toujours avec un grand sourire en lui demandant de sa voix la plus douce « Oppa ! Qu’es-ce que tu as pour moi aujourd’hui ? ». Et si la réponse d’Ho Chul ne lui convenait pas, elle se transformait en véritable sorcière. Les sourcils froncés, elle le propulsait contre un mur –il faudrait qu’il pense à prendre un peu plus de poids, ça ferait toujours plus crédible quand il tentait de lui résister- et semblait prendre quinze centimètres d’un coup. Peut-être parce qu’il se ratatinait du mieux qu’il pouvait….
    Secouant la tête, l’adolescent se remet en route, préférant se focaliser sur la chaleur courant le long de son dos que sur cette fille. Les distributeurs apparaissent enfin dans son champ de vision. Un sourire fleurit sur ses lèvres. Du bout des doigts, il joue avec une pièce qui traine au fond de la poche de son jean. Deux élèves arrivent par la porte d’en face, sans que l’adolescent s’en soucie. Le premier s’arrête devant le distributeur de boisson qu’Ho Chul n’a pas encore atteint, pendant que son ami continue son chemin. Le voyant arrêté, il se retourne vers lui.

    -Qu’est-ce que tu fais, viens !

    Le jeune homme relève la tête et hoche la tête. Pensant qu’il va s’éloigner, Ho Chul s’avance pour prendre sa place, mais l’étudiant répond à son ami, infirmant ce que pensait le rouquin –dont personne ne fais grand cas. Ho Chul s’écarte de nouveau, docile comme un agneau.

    - Je prends un truc à boire et je te rejoins.

    Le premier s’éloigne en acquiesçant, tandis que le second se penche pour faire son choix. Il lui faut presque une minute pour opter pour une cannette de coca. Il se relève, et le roux s’approche sans rien dire, continuant de jouer avec la pièce au fond de sa poche. L’autre ne semblait pas l’avoir vu et, surpris, s’arrête en face de lui. Tout deux ont le même réflexe de se décaler, et tout deux choisissent le même côté. Ho Chul devient rouge pivoine, s’excuse du bout des lèvres, et vire dans l’autre sens. L’autre élève a, encore une fois, le même réflexe. Un soupir s’échappe des lèvres de l’inconnu.

    - Oh merde Ho Chul pousse toi de là !

    Ho Chul ne sut jamais vraiment ce qui lui était arrivé. Des mains s’étaient posées sur son torse, et avant qu’il ai eu le temps de penser que ce contact le brulait, l’avaient violemment repoussées sur le côté. La force du geste contre les 45 kilos tout mouillés d’Ho Chul eut pour effet de voir celui-ci tomber en arrière. Sa tête heurte avec fracas l’un des distributeurs à boissons mis à disposition des élèves, mais la chute ne s’arrête pas là, et le roux se retrouve assis sur le derrière, aux pieds de l’étudiant responsable de son malheur. A bien y réfléchir, le coréen reconnait l’un de ses camarades de classe, celui qu’il avait aidé quelques mois plus tôt, à l’approche des examens de Noël. L’étudiant le regarde d’un air gêné, apparemment peu conscient de sa force –et du poids plume de son camarade. Mais alors qu’il allait tendre la main pour aider le pauvre rouquin à se relever en s’excusant du bout des lèvres, son ami d’un peu plus tôt revint sur ses pas pour lui faire signe de se presser. Après un dernier regard d’excuse au coréen toujours à terre, la petite brute s’éloigne en trottinant. Ho Chul n’en fit pas grands cas. D’ailleurs, il ne pouvait pas faire quoi que ce soit. Sa tête lui tournait atrocement. Il avait beau essayé de fermer les yeux pour faire passer, chaque fois qu’il les rouvrait, il voyait double. Portant la main à sa tête dans une tentative stupide de l’empêcher de tourner –alors qu’il n’y avait que son cerveau qui ne tournait pas rond- il sentit une matière poisseuse sur ses doigts. A y regarder de plus près, ça ressemblait à du sang. Un gémissement s’échappe de ses lèvres pleines. Sa mère va sortir le fusil à pompe et son père lui demander si celui qui lui a fait ça est à l’hôpital. Le choc avait été plus violent qu’il ne le pensait. Il eu beau tenté deux ou trois fois de se redresser, la tête lui tournait tellement qu’il s’écroulait toujours en gémissant chaque fois que ses fesses quittaient de plus de dix centimètres le sol dur sur lequel il était échoué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Because I'm a man. Because I'm this kind of man.[PV Superman è.é]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Byeonhwa Project :: Seokkda complex :: « Bâtiment A » The Main Building :: Infirmerie-